En savoir plus sur les “îles Oki” ! La préfecture de Shimane ouvre “l’Institut de recherche fun de Oki”

15.March.2019 | FEATURES / SPOT

Le 2 mars 2019, la mannequin Shibata Saki et neuf personnes se sont réunies pour constituer des carnets de route pour visiter les Îles de la préfecture de Shimane avec le projet « Oki no okiniiri kenkyûjo » (“l’Institut de recherche fun de Oki”).

Les îles Oki comptent quatre îles habitées, accessibles en ferry ou en bateau à grande vitesse.

Cet archipel est né grâce à une activité volcanique vieille d’environ 6 millions d’années. C’est pourquoi ces îles sont reconnues comme “Géoparc mondial de l’UNESCO” car elles possèdent un patrimoine terrestre précieux, une flore et une faune uniques.

Là, vous pourrez découvrir une culture et un paysage différent de ceux que l’on peut voir à travers le Japon !

De plus, il est situé pile au milieu de la côte du côté de la mer du Japon. C’est pourquoi il était au centre des échanges commerciaux du pays auparavant.

Saki a visité ces îles Oki pour la première fois l’année dernière. En voyant ces majestueuses falaises colorées faites de magma volcanique, elle a pu ressentir la force de la nature qui a créé ce paysage grâce aux vagues et au vent.

 

En réponse à la demande de la communauté locale qui aimerait transmettre les merveilles des îles Oki au monde entier, Saki, charmée par le lieu, a créé le fameux “institut de recherche fun de Oki”. Tout en partageant son expérience avec autres membres, elles ont réfléchi ensemble à un plan de voyage pour faire visiter les îles.

 

Le projet a débuté par une présentation en slides du leader qui a transmis ses émotions ressenties pendant le précédent voyage, qu’elle aimerait transmettre aux futurs visiteurs.

Tout le monde est emballé. Nous retenons surtout que le charme d’Oki est surtout la force vive de la nature, et la douceur des habitants.

Après ça, les membres du Conseil mondial de la promotion du géoparc d’Oki nous ont donné des connaissances précieuses sur l’archipel.

Le géoparc détient une géologie et une topographie précieuses qui pourrait servir à l’éducation, la région, et l’économie touristique locale.

Il existe actuellement neuf géoparcs mondiaux de l’UNESCO au Japon, dont les îles Oki. Les vidéos du paysage prises par le drone sont impressionnantes !

Ce serait génial d’aller les voir de ses propres yeux !

 

Ainsi débute l’élaboration des carnets de voyage. Chacun écrit ce qu’il aimerait voir ou créer sur l’île.

Tout le monde choisi ses activités en fonction des ressources disponibles. Les membres du Conseil mondial du Géoparc sont là pour répondre aux questions : “Peut-on y pêcher des sèches ?” “Et du parachutisme ?!”.

Lorsque l’on regarde ce qu’ont écrit les filles… Toutes veulent manger du bœuf d’Oki ! Après tout, les délicieux mets locaux sont essentiels pour un voyage.

Et voilà ! Le carnet de route est prêt pour vous faire découvrir les merveilles de l’archipel !

A présent, place aux spécialités locales. Saki nous fait part encore une fois de ses expériences vécues.

La célèbre huitre rocheuse « Haruka » est la spécialité d’Oki. C’est une marque d’huîtres respectant des normes strictes et cultivée dans la magnifique mer de Nakanoshima (Aishicho). En outre, j’ai apprécié le goût d’Oki, comme les boulettes de riz Sazae, la soupe miso aux algues, les crackers de saké, le kojoyu miso et le thé fukugi.

obsidienne

Biscuit au sel d’algue (Oki Kisen Shoji Co., Ltd.) / Crackers saké (Brasserie Oki Sake) / Savon de saké (jimono) / Brume Fukugi (jimono) / Thé Fukugi (maison Amacho Sakura)

À la fin de l’événement, les membres du Conseil de promotion du géoparc ont offert un petit souvenir : un porte-clé en pierre obsidienne. L’événement où vous il est possible de profiter des merveilles des îles Oki tout en restant à Tokyo s’est terminé de bonne humeur.

Bonne nouvelle pour tous ceux qui s’intéressent aux îles Oki : vous pouvez acheter les fameuses spécialités Oki et des savons au saké dans le magasin “Ritô Kitchen Nihonbashi” où l’événement a été organisé !

 

Profitez-en car ces produits sont rares et précieux !

RELATED ENTRIES

  • MOSHI MOSHI ROOMS présente son nouvel hébergement sur le thème des bains japonais Sentō et sur les Sumō : le DOSUKOI

    10.March.2020 | SPOT

    L’hôtel MOSHI MOSHI ROOMS est situé au cœur du tourisme dans le quartier de Harajuku. Il accueille des voyageurs du monde entier et leur propose une immersion totale dans la culture japonaise, comme ils n’ont jamais vécu auparavant. L’hébergement sur le thème des cerisiers en fleurs Sakura eu un succès florissant tout au long de l’année et les designs fascinants de l’appartement sur le thème des Origami ont tout autant été appréciés par les touristes.

    Le troisième hébergement proposé sur la culture japonaise par MOSHI MOSHI ROOMS est une fusion entre le thème des sumō et de la culture des bains japonais sentō, appelé « DOSUKOI ». Le mot dosukoi est utilisé, crié par les sumos lorsqu’ils veulent se motiver et se faire entendre avant un combat, résumant parfaitement votre excitation lorsque vous découvrirez ce monde spectaculaire d’une pièce à une autre. D’une main de sumō géante à une baignoire japonaise sentō historique avec une magnifique peinture murale, l’entrée ou encore le salon, toutes les pièces regorgent d’originalité.

     

    Le salon

    L’entrée du salon a pour thème un bain japonais sentō. L’entrée traditionnelle noren sera la première chose pour accueillir les voyageurs fatigués.

    Une main de sumō géante se tient au-dessus de la lumière au plafond, représentant la technique de frappe tsuppari utilisée par les sumō. Le mobilier, y compris le canapé moelleux, le tapis et les chaises, est blanc et beige pour représenter la couleur d’une arène de sumō.

    Cette salle de détente est garnie d’illustrations imposantes de sumō recouvrant le papier peint.

     

    Salle de bains

    La baignoire ronde est faite de bois de cyprès japonais et est assez grande pour accueillir 3-4 personnes, parfaite pour se détendre et récupérer de votre fatigue avec vos amis et votre famille. Une grande peinture murale représentant une vue sur l’océan dominée par le Mont Fuji s’étend le long du mur. Un rideau violet est suspendu au-dessus du bain traditionnel, représentant le rideau mizuhikimaku qui est suspendu au-dessus d’un ring de sumō.

    Dans un coin de la salle de bains se trouve un petit réfrigérateur et une chaise de bain traditionnel. Les clients du DOSUKOI trouveront également des sels de bain gratuits en cadeau.

    La grande fresque murale est une œuvre originale de Kiyoto Maruyama, l’un des trois derniers artistes muraux des bains traditionnels sentō du Japon. Cette magnifique peinture a été créée à l’aide d’un grand et d’un petit pinceau. Vous pourrez admirer les détails et couleurs vives de ce type d’œuvre qui est désormais rare, s’estompant à mesure que la société progresse, ce qui vous plongera dans un voyage dans le temps.

     

    La chambre

    La chambres spacieuse s’étend sur deux niveaux, chacun disposant de suffisamment de place pour deux personnes. La chambre dispose également d’un autre lit dépliable, pouvant donc accueillir jusqu’à cinq personnes.

    Le lavabo et les toilettes

    Le lavabo séparé est équipé d’un sèche-cheveux. Il y a aussi des toilettes japonaise Washlet avec de multiples fonctions.

     

    Commodités et extras

    La cuisine est entièrement équipée avec des ustensiles de cuisine, un micro-ondes, un réfrigérateur et tous les éléments essentiels du quotidien.

    Après un long bain chaud relaxant, enfilez une robe yokozuna yukata légère et vous vous sentirez comme un champion de sumō ! Il y a également de nombreux autres équipements en libre accès sur le thème DOSUKOI.

    MOSHI MOSHI ROOMS n’est pas seulement un hôtel mais est également un espace de fête idéal pour vous réunir avec vos amis.

    Les jours froids étant toujours au rendez-vous, que diriez-vous de vous réchauffer dans une baignoire sentō avec vos amis ?

  • Wang Wei Ping remporte la 7ème édition du concours de cuisine Washoku World Challenge

    03.March.2020 | FOOD

    La finale de la 7ème édition du concours de cuisine « Washoku World Challenge » a eu lieu à Tokyo les 20 et 21 février, et c’est le chef chinois du Sun With Aqua Japanese Dining Suntory, WANG Wei Ping, qui l’emporta.

    L’événement s’est étalé sur deux jours et a réuni cinq chefs venant de Hong Kong, Singapour, Paris, Donostia-San Sebastian et New York. Les chefs ont confronté leurs compétences en créant des plats sur le thème principal du concours “Umami” ainsi que sur le thème de cette année de “texture et sensation en bouche.”

    Les juges ont déclaré : “Cette 7 ème édition démontre que le niveau technique des finalistes continue de s’améliorer chaque année. Créer des plats japonais qui intègrent les caractéristiques et les idées uniques des cultures culinaires d’autres pays, tout en respectant les fondamentaux de la cuisine japonaise construits sur le concept de l’umami, élargit le potentiel de la cuisine japonaise. Les créations de chacun des finalistes incarnent cette notion. ”

    Candidat du milieu : WANG Wei Ping, vainqueur du concours

     Le plat réalisé par le gagnant Wang Wei Ping

    Le premier jour, les chefs ont utilisé les mêmes ingrédients pour créer un “nimonowan”. Le deuxième jour, ils ont créé leurs propres plats originaux en utilisant cinq ingrédients ou plus qu’ils ont présenté sur un plateau japonais appelé “hangetsubon”.

    En réaction à sa victoire, Wang Wei Ping a déclaré : “Je remercie le propriétaire ainsi que les autres membres de mon restaurant. Après mon retour à Shanghai, je voudrais continuer à transmettre l’excellence de la cuisine japonaise, à la fois saine et savoureuse.”


    Finalistes

    Hong-Kong

    Première place : WANG Wei Ping (Chine, SOLEIL with AQUA JAPANESE DINING SUNTORY)

     

    Etats-Unis

    Yael PEET (USA, Fury’s) * Le restaurant ouvrira cet été.

     

    Paris

    Wojciech POPOW (Pologne, Beaverbrook)

     

    Saint-Sébastien

    Mireia FARNÓS ESPUNY (Espagne, Basque Culinary Center)

     

    Singapour

    Loh Man HONG (Singapour, FAT COW)

     

    Juges:

    – Juge en chef : M. Yoshihiro MURATA
    (Président de la Japanese Culinary Academy, propriétaire et chef de Kikunoi, ambassadeur de la diffusion de la cuisine japonaise)
    – Juge en chef adjoint : M. Masahiro NAKATA (Directeur de Taiwa Gakuen Education Inc. Président du Kyoto Culinary Art College)
    – Juge : M. Hideaki MATSUO (Propriétaire de Japanese Cuisine KASHIWAYA, ambassadeur de la diffusion de la cuisine japonaise)
    – Juge spécial : Yoshio KOJIMA (Comédien)

  • Un concours de cuisine japonaise « Washoku World Challenge » a été organisé à Paris avec pour thème la texture !

    07.January.2020 | FEATURES / FOOD

    Le 5 novembre 2019, le tournoi de qualification pour le concours “WASHOKU WORLD CHALLENGE” s’est déroulé à la célèbre école de cuisine parisienne “Le Cordon Bleu”. Ce concours, organisé par le Ministère de l’agriculture des forêts et des pêches du Japon, s’est déroulé pour la septième année consécutive. Il est destiné aux cuisiniers non japonais qui ont un grand intérêt pour la cuisine japonaise et travaillent dur pour améliorer leurs compétences et leurs connaissances. Le tournoi de qualification aura lieu dans un total de six villes qui sont Hong Kong, Singapour, Paris, Las Vegas, San Sebastian et New York. Les finalistes seront invités à la finale à Tokyo les 20 et 21 février 2020.

     

    Le thème du concours de cette année est “shokkan – Texture and Mouthfeel”. On dit qu’il y a plus de 400 mots qui expriment la “texture” en japonais, comme “mochi mochi” ou “pali pali”, qui sont des onomatopées pour « moelleux » ou « croustillant ». Les cuisiniers ont donc utilisé différents ingrédients de manière ingénieuse pour faire ressortir les cinq goûts (douceur, salinité, umami, aigreur, amertume) primordiaux dans la cuisine japonaise et la texture qui est le thème du concours.

     

    Les juges étaient M. Daisuke Hayashi, vice-président de la Japanese Culinary Academy UK, et M. Tetsuo Takenaka, le troisième propriétaire héritier de “Kyoto Cuisine Seiwaso“. Au total, six participants ont pu concourir après une première sélection sur dossier. Les joueurs ont ainsi usé de leurs talents culinaires pendant 90 minutes. Tous semblaient très déterminés et prêts à montrer à quel point ils sont passionnés de “cuisine japonaise”.

    Le but était de créer une recette originale qui utilise les cinq méthodes de cuisine (couper, bouillir, griller, cuire à la vapeur, frire) avec des idées inédites avec les ingrédients désignés par le jury comme les coquilles Saint-Jacques, la citrouille, la carotte, les haricots verts, les radis et les épinards. Les les plats reflétaient tous la créativité et l’expression culinaire du cuisinier.

     

    Le grand gagnant fut le Polonais Popow et ira combattre en finale à Tokyo. Voici la liste du classement :

    1ère place: Wojciech Popow (Nationalité: Pologne, Affiliation: Beaverbrook)

    2e place: Tamas Nazai (Nationalité: Hongrie, Affiliation: Zen-noh Restaurant London Ltd.)

    3e place: Joe Kimura Downie (Nationalité: Écosse, Affiliation: Kimura’s Kitchen)

    [1ère place] Cuisine par Wojciech Popow

    [2e place] Cuisine de Tamas Nazai

    [3e place] Cuisine de Joe Kimura Downie

    Le plat de Micaela Giambanco

    Le plat de Nageeb Fayzian

     

    J’ai ressenti l’élégance et la beauté délicate de la cuisine japonaise qui rappelle les quatre saisons et plus précisément l’”automne” par le choix des ingrédients. Bien qu’ils soient étrangers à la culture japonaise, ce concours témoigne de leur appropriation culturelle par leur grande maîtrise des techniques culinaires ancestrales du Japon.

     

    Takenaka membre du jury, a commenté la cuisine de Wojciech Popow.

    “Tout d’abord, je pense que plus important est l’attitude du cuisinier. La façon de traiter les ingrédients. Le respect des ingrédients lors de la préparation des plats, signifie que l’on veut faire déguster au client le meilleur de leurs saveurs. Son plat n’était pas trop fort, mais son assaisonnement, la présentation et l’utilisation de couleurs et des parfums étaient exceptionnellement délicats par rapport aux autres joueurs. C’était un concentré de respect pour la « cuisine japonaise ». J’ai ressenti une douceur paternelle qui s’est transmise dans son plat. Impressionnant. ”

     

    Il semblerait que son attitude en cuisine ait été le facteur qui l’a conduit vers la victoire.

    En plus du tournoi de qualification, des cours de cuisine japonaise et une démonstration culinaire ont eu lieu ce jour-là.

     

    Hayashi fut en charge des cours de cuisine et enseigna les charmes des plats japonais qui tirent le meilleur parti des ingrédients saisonniers. Il y eu une discussion sur l’umami, les techniques de cuisson, l’hygiène et d’autres connaissances basiques des cuisiniers japonais.

     

    Pour la démonstration de cuisine, M. Hayashi et M. Takenaka ont cuisiné un « riz aux champignons de saison » et un « jibuni de canard ». Le canard a d’abord été cuit dans une poêle pour réduire la graisse, et l’odeur douce et riche s’est instantanément propagée dans la pièce. Le Jibuni qui est un type de ragoût tient apparemment ses racines du mot français « gibier ».

    Voici les plats terminés ! L’odeur du riz cuit aux champignons est exquise.

    Le canard légèrement frit avec de la fécule a une texture intéressante qui retient le parfum et le goût à l’intérieur de la viande. Le mélange sucré salé de la sauce accentue la douceur du canard et constitue un parfait mélange de saveurs. Ce plat était en parfaite harmonie avec le riz aux champignons qui nous rappelle la forêt d’automne.

    Enfin, la finale à Tokyo sera défiée par six chefs issus de chaque tournoi de qualification. Soutenez les joueurs par tous les moyens ! De nombreux chefs français ont également acquis de hautes compétences en cuisine japonaise. Espérons-leur du succès à l’avenir.

  • Découvrez des plats et pâtisseries françaises à base d’ingrédients japonais ! Evénement “Taste of Japan in Paris ~Trends in Japanese Cuisine~”

    27.December.2019 | FEATURES / FOOD

    “Le Purgatoire 54” est un open space spécial du 10ème arrondissement de Paris qui se concentre sur l’art contemporain et la gastronomie. Le propriétaire dispose d’un grand espace de cuisine au sous-sol, indispensable pour organiser des événements culinaires.

    Le 4 novembre 2019, le ministère de l’Agriculture, des Forêts et des Pêches du Japon a organisé un événement sur la cuisine japonaise : « Le goût du Japon à Paris – Tendances de la cuisine japonaise », dans ce merveilleux établissement.

    Lors de cet événement, des chefs et des pâtissiers ont cuisiné des plats japonais, français et des confiseries à partir d’ingrédients japonais disponibles en France. À travers quelques ateliers culinaires, ils enseignent l’attrait et l’utilisation des ingrédients japonais aux visiteurs Français.

     

    Nous avons pu assister aux démonstrations du chef Tetsuo Takenaka, chargé de la cuisine japonaise, Ryuji Teshima, chef français et du chef pâtissier Ishihara Mikiko.

    Tout d’abord, le chef Takenaka a présenté une préparation de soupe de miso blanc et d’un bœuf wagyu cuit au kôji (aspergillus) salé.

    Cet homme est le 3 ème chef du restaurant gastronomique « Kyoto Seiwaso » et participe à divers événements à l’étranger pour faire connaître « l’attrait de la cuisine japonaise » aux étrangers.

    « La base de la cuisine japonaise est le dashi (bouillon) » dit-il. Puis, il fit goûter aux Français un bouillon uniquement infusé d’algue kombu et de bonite séchée.

    Les visiteurs s’exclament : « Délicieux ! », « c’est subtil ».

    Selon le chef Takenaka, les étrangers qui ne connaissent pas le dashi commencent à apprécier son goût car de plus en plus de plats japonais s’infiltrent en dehors de ses frontières et les étrangers sont plus familiers à cette saveur.

    Pour preuve, il expliqua qu’il avait effectué la même expérience il y a douze ans dans une école de cuisine française, mais que le dashi n’avait pas remporté un franc succès.

    La soupe de miso blanc, très ronde en bouche, se marie à merveille avec la légère amertume des épinards.

     

    Voici à présent le bœuf Wagyu grillé au kôji. C’est est un champignon fermenté à partir de céréales. Il contient des enzymes en abondance ce qui lui donne des propriétés sur le plan de la santé.

    Lorsque le chef Takenaka termina la préparation en ajoutant des épices… Le public est absorbé par la graisse luisante de la viande et l’odeur qui s’en dégage !

    La bouchée fond instantanément en bouche.

     

    Ensuite, le chef français Tatsuji Teshima présenta : une ballotine de bœuf japonais aux champignons shiitake, Lait fermenté, Gelée de jabara et Ravioli au Fromage de Comté et au miso Saïkyo.

    Passionné de cuisine française, le chef Teshima s’est rendu en France à l’âge de 26 ans. Son restaurant PAGES situé près de l’Arc de Triomphe dans le 16ème arrondissement a remporté une étoile Michelin en un an et demi.

     

    Sa cuisine est un « mariage » franco-japonais inédit.

    Outre les ingrédients souvent utilisés dans la cuisine japonaise, nous pouvons voir dans l’espace de cuisine du fromage français, de la crème fraîche ou encore de la ciboulette.

    Là, un récipient contenant un liquide vert foncé attira l’œil.

    Quelqu’un demanda : « Qu’est-ce que c’est ? ». Le chef répondit de l’huile de pépin de raisin aux algues vertes. N’ayant ni de parfum, ni de goût particulier, cette huile peut facilement être mélangée à d’autres aliments pour lui donner une saveur particulière.

    Le chef Teshima mit le miso saikyo sur le feu pour le griller légèrement.

    Un doux parfum s’en dégage et ouvre l’appétit !

    Notre curiosité grandit.

     

    En un rien de temps, le chef a préparé un menu spécialement conçu pour l’événement.

    Un bœuf wagyu luisant de graisse parsemé de ciboulette fraîche.

    L’odeur du poivre du Sichuan s’en dégage.

    En bouche, nous pouvons également le goût prononcé des champignons shiitake à la sauce mascarpone et lait ribot. Il se consomme aussi bien avec du saké que du vin.

    Les raviolis ont une jolie forme de bateau. Fraîchement préparés, ils sont tous chauds à l’intérieur. La crème parfumée au comté et au miso grillé embaume la pièce et constitue un parfait mariage franco-japonais !

     

    La dernière démonstration était particulièrement attendue pour les amateurs de desserts.

    La chef pâtissière Ishihara a fait la démonstration de 4 recettes !

    Elle a remporté une étoile Michelin en 2017 en tant que chef pâtissier au restaurant Palais Royal du 1e arrondissement. En outre, elle travaille au Crowne Plaza Paris depuis 2019.

     

    Une panna cotta au lait de soja, un gâteau au matcha, une rose des sables au granola de riz et une salade de fruit garnie aux agrumes.

     

    Tous ont l’air délicieux.

    Le public est très curieux des friandises colorées et fruitées du chef.

    De plus, la tendance healthy et végétalienne du moment apprécie particulièrement l’utilisation du lait de soja.

    “Je pensais que le goût du lait de soja allait être trop prononcée mais la panna cotta est facile à manger.”, “J’aime beaucoup le gâteau au matcha”, “Est-ce que la truffe est au soja ? Je suis surpris. C’est très savoureux.” Les visiteurs sont épatés.

     

    Ce n’est pas trop sucré et l’amertume du matcha et la douceur du lait de soja constituent un équilibre parfait. De plus, la texture de la panna cotta était onctueuse et elle s’accordait très bien avec le croquant du granola de riz.

     

    Ishihara dit que ces dernières années, de nombreux ingrédients japonais ont été introduits à Paris car suscitent la curiosité de nombreux pâtissier et cuisiniers français. Parmi eux, le “Yuzu” (agrume), le “Matcha” (poudre de thé vert), le “Kurogoma” (sésame noir) et le “Anko” (haricot rouge) sont particulièrement populaires.

    Peut-être qu’un jour, il vous arrivera de manger des pâtisseries wagashi japonaises dans un restaurant français étoilé ?

     

    Lors de l’événement, il y avait des stands présentant les ingrédients japonais utilisés dans les démonstrations culinaires et d’autres où étaient exposés des épices encore rares à Paris.

    La société “UMAMI” importe des ingrédients japonais tels que le “Sansho” (poivre du Sichuan), “Shiokoji” et “Shiitake”.

    Les visiteurs ont interrogé les exposants sur les différents ingrédients du stand.

    Il semblerait que de plus en plus de personnes préparent des plats japonais chez eux et qu’ils soient venus chercher leur bonheur dans ce festival culinaire. Impressionnant !

    LUPICIA Co., LTD.” Est une maison de thé réputée à Tokyo mais est également très populaire à Paris.

    Nous avons demandé quel est le parfum le plus populaire parmi les parisiens.

    “C’est du thé au sencha ou au riz brun. Le nombre de clients qui recherchent un effet détox ne cesse d’augmenter. Le thé japonais est maintenant familier aux fins palais des Français.”

    MURASE Co., LTD.” Est une entreprise qui fabrique et vend du riz et ses produits dérivés. Là, ils vendent le granola de riz soufflé sans gluten utilisé par la pâtissière Ishihara. Il y avait plusieurs goûts tels que sirop d’érable, bouillon, mais le plus populaire est celui à la poudre de soja !

     

    Il était intéressant de constater cette fois que la « cuisine japonaise » n’est plus une découverte pour les parisiens. N’importe qui connait la « sauce soja » et de nombreuses personnes utilisent désormais le « miso » dans leurs plats.

    Si l’intérêt des Français pour la cuisine japonaise continue à augmenter, de nouveaux ingrédients typiquement japonais seront introduits ce qui contribuera à faire connaitre la richesse culinaire du pays.

    A partir de maintenant, nous entrons dans une ère où les Français ne font pas que déguster la cuisine japonaise, mais la préparent eux-mêmes.

     

    <Liste des exposants de l’événement>

    UMAMI https://www.umamiparis.com/fr/

    FOODEX https://www.foodex.fr/

    LUPICIA CO., LTD.  http://www.lupicia.fr

    Takara Food’s CO., Ltd https://www.takara-jp.com/

    FUJI OIL HOLDINGS INC.  https://www.fujioilholdings.com/en/

    MURASE Co., Ltd.  https://www.murase-group.co.jp/

    Sumiya Bunjiro Brewery Co., Ltd.  http://www.mikawamirin.com/en/

    HAKKAISAN BREWERY CO., LTD.  https://www.hakkaisan.com/ *

     

    *pour acheter le produit, visitez GALERIE K PARIS https://galeriekparis.com/eshop/

    ÔYA Paris-boeuf japonais https://www.oyaparis.eu/

  • Deeper Japan : un site qui vous facilite la réservation d’expériences culturelles traditionnelles japonaises !

    21.June.2019 | SPOT

    Le service “Deeper Japan” vient d’officiellement ouvrir en ligne.

     

    Deeper Japan est un service qui vous permet de réserver facilement en ligne des expériences pour découvrir la culture authentique japonaise, souvent difficile d’accès pour les touristes étrangers. Ce site sélectionne avec soin les meilleurs artisans et artistes du pays pour un échange culturel allant haut de-là de la barrière de la langue. Limité à un petit nombre de participants, cela permet d’être au plus près de l’expérience, et de découvrir les valeurs authentiques du pays. 

    Ces dernières années, alors que le nombre de personnes intéressées par le Japon a explosé, le nombre de touristes désirant connaître le véritable Japon est en constante augmentation.

    Il y a de nombreuses choses à découvrir comme la fabrication de sabres japonaisle, le kintsugi qui consiste à réparer la vaisselle cassée avec de l’or, ou la cuisine bouddhique, à la mode en ce moment car il est 100% végétalien ! Des arts martiaux de l’île d’Okinawa, du tir à l’arc, la confection de textile Kyotoïte Nishijin-ori ou encore la confection de fleurs artificielles sont autant d’expériences habituellement difficiles d’accès pour les touristes et sont désormais à votre portée !

    En outre, pour les clients séjournant dans des hôtels tels que “The Ritz Carlton Tokyo” et “Park Hyatt Tokyo”, il existe également un service qui met en relation les clients avec des artisans et des artistes. Les clients peuvent effectuer ces expériences dans un espace détendu et privé au sein de l’hôtel. En outre, le service coopère avec la société à but non lucratif Margoto Rikutaka Takada et l’association de promotion de l’artisanat traditionnel, situés dans la préfecture d’Iwate qui a subi des dégâts dévastateurs à la suite du séisme survenu au Japon en 2011. Il soutient activement la revitalisation et la préservation régionales des métiers traditionnels japonais !

     

    Consultez Deeper Japan pour votre prochain voyage !

  • Découvrez l’intérieur du magnifique palais Akasaka dans cette nouvelle vidéo promotionnelle

    25.March.2019 | SPOT

    L’Akasaka Palace State Guest House est considéré comme l’un des trésors nationaux du Japon niveau architecture. Construit à l’origine en 1909 comme palais impérial du prince héritier, ce bâtiment est le seul exemple d’architecture néo-baroque au Japon. À ce jour, il a ouvert ses portes aux empereurs, aux présidents et aux principaux ministres, et a même servi de lieu de réunion pour des conférences internationales.


    Récemment, une vidéo promotionnelle détaillée est sortie, montrant l’extérieur et l’intérieur du palais, mettant en valeur ses caractéristiques et son architecture.

    La vidéo commence dans l’entrée éblouissante et élégante. La porte s’ouvre pour montrer un tapis cramoisi étendu sur le sol qui nous invite dans un monde magnifique.

    Ensuite, nous entrons dans le Sairan no Ma, une pièce protégée par des phénix dorés avec d’énormes miroirs placés contre le mur. La pièce s’ouvre sur un espace extrêmement vaste.

    Le suivant est le “Hagoromo no Ma”, qui abrite les trois plus grands candélabres du palais, chacun composé de près de 7 000 pièces distinctes, la plupart en verre.

    * Les photos présentées proviennent du palais avant les réparations.

    Puis nous sommes arrivés au “Asahi no Ma”, la pièce la plus élégante de tout le bâtiment. La pièce est actuellement fermée pour restaurer les carreaux de plafond et d’autres parties de la salle, mais sera rouverte au public le 2 avril 2019. Au-dessus de la salle, au plafond, se trouve un tableau représentant Aurora, la déesse romaine de l’aube. Chaises brodées de fil d’or, lustres suspendus, tapis tissés avec 47 nuances de violet, etc.

     

    Contemplez la beauté de l’intérieur du palais avec cette vidéo.

  • Les délicieux Yatsuhashi d‘”Otabe”, ont pour saveur du mois fraise-chocolat !

    09.February.2019 | FOOD / SPOT

    La marque Bijuu, qui fabrique et vend des souvenirs typiques de Kyoto comme “Otabe” et “Kyo-baum” a pour concept depuis avril 2018 de changer tous les mois de saveur.

    Bien que j’ai déjà goûté à plusieurs yatsuhashi (mochi fourré de pâte d’haricot) de l’enseigne “Otabe”, la 11ème édition intitulée “mois de la neige qui fond”, en vente à partir du 1er février 2019 (vendredi), au goût chocolat-fraise est vraiment délicieuse ! Goûtez-y absolument !

    “Monthly Otabe Sweet” est un produit qui change de saveur tous les mois. Enveloppé dans une pâte de mochi moelleuse, une pâte d’haricot blanc y est incorporée et c’est ça qui fait la différence. Ce mois-ci, c’est un mélange de chocolat à la fraise, “mois de la neige qui fond” (Yuki kie dzuki) qui est incorporé dans la pâte au milieu pour un goût à la fois tendre et acidulé. Impossible de s’empêcher d’en manger !

    Hiroe Takigawa, illustratrice et le graphiste a dessiné l’emballage. Elle a utilisé beaucoup de couleurs en dessinant un prunier, qui signifie dans le langage des fleurs “élégance”.

     

    Ceux qui prévoient d’aller à Kyoto en février, je vous encourage fortement à acheter ce chocolat à la fraise par internet depuis votre portable !

  • Ouverture de l’hôtel luxueux à Hokkaido/Lac Tôya “The Lake Suite Ko No Sumika”

    07.February.2019 | Non classifié(e)

    Le 1er août 2019, une annexe du grand hôtel Toya Sun Palace Resort et Toya Hot Spring ouvrira sous le nom de « The Lake Suite Ko No Sumika ».

    L’hôtel situé tout proche du lac Toya offre une vue époustouflante en créant un espace exceptionnel en cohabitation avec la nature. Vous pourrez profiter du cadre relaxant et chic avec cette vue panoramique que vous ne verrez nulle part ailleurs.

     

    Comme si le temps s’était arrêté, le lac brille calmement dans l’air pure du matin. Vous pouvez y venir en toutes saisons, aussi bien pour le printemps pour les fleurs de cerisier, la verdure de l’été, les feuilles d’automne et la neige d’hiver.

    Le fait que “The Lake Suite” est le seul hôtel situé aussi près du lac fait de lui son prestige.

    Il fusionne avec la nature de Toya et est si reposant que l’on souhaite d’y rester pour toujours. C’est donc une expérience inédite qui vous attend où le temps semble s’écouler différemment. “Sumika” signifie “vivre”, et “vivre” signifie un lieu que l’on “aime”. Ce nom vient donc du fait que c’est un lieu aimé de tous ceux qui viennent le visiter.

    Pour vous guider jusque l’hôtel, vous passerez dans un couloir de chutes d’eau où le son est similaire au lac Toya. Cette illusion vous donnera l’impression d’être immergé dans le lac et vous procurer une sensation de bien-être. Le lobby de l’hôtel est vêtu de marron, en créant un espace moderne, chic et tendance, qui fusionne avec le paysage, et en harmonie avec l’intérieur et l’éclairage doux au style “japonais”. Dans le salon, vous aurez la possibilité de boire une boisson en vous détendant devant la vue qu’offre le lac.

    Le bain public d’intérieur et en plein air sont situés au 8ème étage du bâtiment permet d’admirer pleinement de la nature pittoresque de Toya. C’est comme si vous étiez sur un petit nuage !

    Vous pouvez alors passer un agréable moment de détente grâce au magnifique ciel qui vous sert de toit. Les soirs dégagés, vous pourrez vous baigner tout en regardant le planétarium naturel du ciel scintillant d’étoiles. Dans le bain public, vous pourrez également utiliser le jacuzzi et le sauna commun.

    Le restaurant se fond littéralement dans le décor car est situé au plus près du lac avec un effet visuel du bassin.

    Profitez de cet espace luxueux que vous seul peut apprécier !

  • SOWAKA Limited Night “un hébergement agréable pour profiter du Kodai-ji” à Kyoto

    25.January.2019 | SPOT

    Le 25 Mars 2019, dans le quartier de Gion Yasaka, sera mis en place un hôtel de luxe, le SOWAKA. Pour son inauguration, l’hôtel propose une offre spéciale, SOWAKA Limited Night “un hébergement agréable pour profiter du Kodai-ji”, qui vous permettra, comme son nom l’indique, de profiter du Kodai-ji, pendant la période des cerisiers en fleur. L’ouverture des réservations a commencé le jeudi 17 janvier.

    Le SOWAKA est un petit hôtel de luxe composé de 23 chambres, dont 11 chambres dans le style d’architecture ancienne, Ryotei étant populaire pendant plus de 100 ans dans la tradition japonaise, et de 12 nouvelles chambres de conception japonaise contemporaine. C’est un hébergement de style moderne qui vous permettra de découvrir l’hospitalité unique au Japon, et qui laisse transparaître l’esprit du Japon dans un espace unique de détente à la japonaise. Le bâtiment a été ouvert le vendredi 23 novembre 2018 et le restaurant sera ouvert à partir du lundi 25 mars 2019.

    L’offre de SOWAKA pour son inauguration consiste à rendre le printemps, encore plus beau. Le temple Kodai-ji a été fondé par la veuve de Toyotomi Hideyoshi, afin de prier pour son défunt mari. Le site est très connu pour la beauté de ses cerisiers la nuit tombée qui sont à la fois fantastique mais aussi très élégants. Afin de voir les fleurs de cerisiers illuminées pendant la nuit, de nombreux visiteurs viennent chaques années. Nous vous invitons donc à venir dans cet espace où se mêlent culture et nature dans un paisible silence.

    De plus, avant l’inauguration, le bâtiment principal de SOWAKA sera ouvert aux visiteurs et l’hôtel proposera des offres spéciales. Nous vous recommandons donc de passer un privilégié dans cet espace luxueux où tradition et modernité sont en harmonie avec le silence, tout en étant à seulement 3 minute du très célèbre quartier de Gion.

     

  • Notre logement sur le thème des “fleurs de cerisier” a ouvert à Harajuku ! MOSHI MOSHI ROOMS 「SAKURA」

    04.December.2018 | SPOT

    Le 3 décembre 2018, MOSHI MOSHI NIPPON a ouvert son premier d’hébergement, le MOSHI MOSHI ROOMS.

    MOSHI MOSHI ROOMS se trouve à distance de marche de la Takeshita Dori, de la Meiji Dori, du quartier d’Harajuku, du quartier d’Omotesando, et du nouveau stade national qui doit être achevé sous peu qui se situe au coeur de Harajuku.

     


    Cette fois-ci, nous avons ouvert le logement  “SAKURA”  qui a pour thème les  “fleurs de cerisier”, symbole du Japon. Dans le futur, nous souhaitons ouvrir “MOSHI MOSHI ROOMS”, un établissement composé de différents logements conceptuels.

     


    Dans le logement conceptuel, “SAKURA”, une oeuvre d’art monumentale en forme de cerisier déborde du plafond de la chambre à coucher, offrant un espace magnifique et unique. Des lits sont disponibles et peuvent accueillir jusqu’à 6 personnes.

    Le logement est composé d’un salon spacieux pour détendre votre corps fatigué par les visites touristiques. C’est une salle entièrement colorée en rose, parfaite pour les fêtes entre filles ! Si vous prenez une photo avec la lampe néon en forme de caractère japonais, cela vous fera un souvenir parfait à mettre sur instagram.

    La salle de bain est également conçue de manière spéciale, permettant à plusieurs personnes de prendre leurs temps en mettant toute ensemble du maquillage.

    Une douche, un lave-linge, une cuisine et de la vaisselle sont bien sûr mis à votre disposition pour votre bien-être.

    De plus, vous pourrez également utiliser le toit. Sur le toit, il est possible d’organiser divers événements, comme des fêtes et des barbecues. Il est même possible de privatiser le toît pour une fête.
    Si le toît est privatisé et qu’il n’est pas ouvert à tous le monde, veuillez nous prévenir à l’avance.

     

    Vous pourrez réserver ce logement sur le site d’Airbnb. Venez profiter de notre tout nouveau logement à Harajuku, où vous pourrez profiter d’un séjour unique en son genre.

RANKING

  • DAILY
  • MONTHLY

FOLLOW US